Histoire de l’ancienne église St Jacques et de la chapelle

La première mention d’un lieu de culte à Montreux-Château remonte au milieu du 14e siècle. Une charte datée de 1352, traitant de l’organisation de la paroisse de Montreux-Jeune et de ses dépendances, précise qu’un certain Wilhelm était chapelain de Montreux-Château. Un ancien testament nous apprend qu’en 1367, l’église du lieu était vétuste. Le testateur léguait 23 sols bâlois pour la réparation du clocher.

Dans la seconde moitié du 16e siècle, les Reinach-Montreux font édifier une chapelle, adossé au mur nord de l’église médiévale pour y établir leurs sépultures. Cette chapelle est placée sous le vocable de Sainte Catherine d’Alexandrie. En 1708, l’église St Jacques, trop exiguë et menaçant ruine est démolie en préservant la chapelle Ste Catherine. Un nouvel édifice de plus grandes dimensions est reconstruit qui est rallongé en 1844, par l’ajout du chœur en forme hémicirculaire que l’on peut voir sur les cartes postales du début du 20e siècle.

Faute d’entretien, le toit du clocher puis celui de la nef de cette église s’écroulèrent pendant la guerre de 14-18. Les ruines furent démolies en 1919 pour en récupérer les pierres.

5
4
3

Les fouilles de 2012

En octobre 2012, une campagne de fouilles préventives conduite par l’INRAP a permis de localiser les fondations de l’église médiévale et de constater qu’elle avait été remaniée plusieurs fois. Les fondations de la dernière église ont également été mises à jour ainsi que de nombreuses sépultures. Des tessons de poteries attestant d’une occupation humaine depuis le 12e siècle ont été retrouvés sur le site.

6

7

 

 

 

 

La restauration de la chapelle

9Dernier vestige avec la motte castrale et les restes du château de l’ancienne seigneurie de Montreux, la chapelle Sainte Catherine tient une place sentimentale privilégiée dans le cœur des anciens montreusiens.
Dès 2009, le conseil municipal avait souhaité initier un programme de sauvegarde de cet édifice, tout en respectant son architecture et ses spécificités et en privilégiant les techniques et les matériaux utilisés pour sa construction.

 

 

A cette époque, un dossier avait été transmis à la DRAC afin de sensibiliser cet organisme sur l’intérêt patrimonial des vestiges présents sur le site médiéval de Montreux. Le 6 octobre 2009, la Commission Régionale de Sauvegarde des Monuments Historiques se rendit sur place et décida de financer une étude préalable à l’établissement d’un programme de réhabilitation de la chapelle et du périmètre de la motte castrale.
Ce projet ayant été labellisé par la Fondation du patrimoine, les dons des particuliers au profit de la restauration de la chapelle Ste Catherine étaient abondés à part égale par le ministère de la culture.

8A l’issue de cette étude, des préconisations précises de la DRAC et de l’architecte des Bâtiments de Frances portant sur les différents points de la restauration du bâti, les techniques et les matériaux à mettre en œuvre furent arrêtées.
Ainsi, au début de l’été, un groupe de bénévole put s’attaquer au piochage de l’enduit extérieur et intérieur de la chapelle afin de mettre à nu les murs de l’édifice, tandis que les services techniques de la commune procédaient au déplacement des stèles de l’ancien cimetière et au nettoyage des abords.

 

C’était le début d’un chantier d’environ cinq années dont les principales étapes ont consisté à :

  • Reprendre la charpente et la couverture et remplacer la zinguerie,
  • Mettre en place un plafond,
  • Reconstituer le jambage droit de la porte principale,
  • Confectionner une porte adaptée à la petite ouverture mise à jour sur la façade Ouest,
  • Jointoyer les murs extérieurs et intérieurs,
  • Compléter le pavage intérieur et remettre les pierres tombales armoriées et l’autel de niveau,
  • Réparer la porte principale,
  • Créer un cheminement piétonnier depuis l’entrée du site jusqu’à la porte de la chapelle.

    Les différents lots de cette campagne de restauration ont été pris en charge par les entreprises suivantes :

  • ALVES Aniceto, terrassement, échafaudage,
  • ART et PIERRES, taille de pierres, dallage et maçonnerie,
  • BELLI Gérard, crépissage intérieur et extérieur,
  • FORNI Bernard, zinguerie,
  • HARMAND Daniel, fourniture des bancs extérieurs,
  • UETWILLER Nicolas, charpente, couverture et plafond en mélèze,
  • CAMBONI Didier, menuiserie

C’est également à cette époque (4/11/2011) que fut créée l’association du site médiéval de Montreux. Les détails de ces différents travaux sont présentés par ailleurs.

Pour en savoir plus

Daniel LOUGNOT a publié une étude consacrée à l’histoire de cette chapelle et des sépultures qu’elle abrite dans l’Annuaire de la Société d’Histoire du Sundgau (2016 p.113-132) sous le titre « La chapelle Sainte Catherine de Montreux-Château ». Un tiré à part de cet article est disponible auprès de l’association du site médiéval au prix de 5 euros.